3 Anthropologie humaniste

L’Humanisme méthodologique est une anthropologie humaniste. L’humanisme est la recherche et la poursuite du bien de l’homme. Celui-ci est entièrement déterminé par la nature humaine qui porte en elle le pire et le meilleur de ce qui peut lui advenir. Toute l’existence est vouée à cette recherche et la culture du bien tant sur le plan personnel que collectif c’est-à-dire communautaire.

Dans toutes les affaires humaines dans toutes choses donc, il s’agit de discerner, de déterminer et d’engager le meilleur Sens. La vidée est l’accomplissement de l’humanité que nous portons, c’est-à-dire nous l’approprier, en prendre conscience et nous en rendre maître progressivement. Prendre possession de notre humanité est donc l’enjeu des toutes les activités et les pratiques humaines. Il dépasse notre existence qui n’est pas le tout de notre être.

La possibilité de cet engagement dans le Sens approprié est soutenu par des repères comme les valeurs et tous les critères du bien inhérents à chaque situation vécue et partagée. L’éthique en est une lecture, les religions ne se justifient que par un tel projet mais aussi les systèmes systèmes de pensée et d’organisation de l’existence. Le Sens du bien commun est le vecteur de l’ordonnancement des affaires humaines et de nos existences au sein de chacune des communautés partagées.

L’évolution humaine, le grandir, la maturation de conscience et de maîtrise sont corrélés avec une plus grande liberté d’engagement, une liberté responsable spécifiquement humaine. L’éducation, le développement personnel ou communautaire, le travail et les entreprises humaines ont cette finalité là. Les activités humaines et les fonctions de la cité ont aussi la même justification et sont régies par la vocation personnelle ou culturelle investie.