La liberté de nuire

Caricatures d’une civilisation.
dimanche 5 février 2006
par  Roger Nifle
popularité : 14%

Un temps de mutation est aussi un temps où se révèlent des problématiques dont le discernement restait exceptionnel. Avec Outreau et les caricatures du prophète de l’islam elles nous éclatent à la figure. Est-ce suffisant pour que la conscience supplante la bonne conscience ? En tout cas il se produit un phénomène étrange ici en France. Une sorte de révélation de non-dits, couverts par beaucoup de violences cachées. Peut-être le début d’une guérison. Si tel était le cas nous n’aurions qu’à nous en réjouïr. La France pourrait trouver alors sa voie, sa vocation, singulière, éminente.

L’affaire des caricatures du prophète de l’islam est gravissime. Non seulement dans l’état de tension mondial elle est irresponsable mais pire (si cela est possible) elle révèle l’arrogance d’une morale de la perversion, la revendication sacrée d’une "liberté de nuire".

Après Outreau et la Justice qui a montré que le juste et le vrai n’étaient pas toujours son affaire et révélé l’inhumanité de l’expertise (celle de la plupart des acteurs institutionnels), au lieu de l’expertise en inhumanités, si exigeante en maturité et discernement, vient l’affaire des médias et de leur auto-sanctification. Retour du refoulé religieux.

Bien sûr ce ne sont plus les frontières de la France qui marquent la limite de telles problématiques où elle joue un rôle historique néanmoins, pour le pire ou le meilleur.

La liberté d’expression, est directement traduite en "liberté de la presse", c’est-à-dire de ceux qui la font, ne nous trompons pas devant le caractère impersonnel de l’expression.

Alors que bien des observateurs ont fait remarqué qu’un pouvoir sans contre pouvoir était dangereux pour la démocratie on ne se gêne pas pour déclarer que c’est là la base de la démocratie. Que cela en soit un symptôme certes, une cause non. La liberté de la radio des collines au Rwanda était-elle un gage de démocratie ? Pourtant c’est bien une illusion de démocratie qui a conduit au carnage.

Aujourd’hui encore, c’est au risque de carnages que certains prétendent assouvir leur droit sacré.

La sacralisation du droit et l’autosanctification corporatiste voilà le risque majeur, pseudo démocratique. On l’a vu à Outreau on le voit avec certaines réactions d’une partie de la presse.

La liberté de nuire serait supérieure au respect de l’autre et de ses valeurs. La provocation de la souffrance et du mal en l’autre (celle de réactions passionnelles) comme marque d’exonération de sa perversion professionnelle et édification d’un masque de bonne conscience. La vertu de perversion contre la morale du respect. L’occupation de l’espace par les intégristes de la liberté de nuire et les intégristes de la liberté de renoncer à penser est insupportable.

Les voix de sagesse de tous bords qui se sont exprimées n’ont pas pu ne pas stigmatiser réactions passionnelles, signes d’un manque de maturité et de confiance en soi, et provocations irresponsables, telles que si on voulait provoquer un conflit mondial entre "civilisations" on ne s’y prendrait pas autrement...

A quand des écoles du discernement pour les juges, pour les journalistes, pour les politiques, pour tous ceux qui assument quelque responsabilité dans tous les domaines et qui veulent le faire en toute conscience ?

Il n’y a pas de discernement sans respect, sans humilité, sans liberté responsable. A quand la fondation des écoles du discernement, des écoles du Sens ? l’Humanisme Méthodologique se porte candidat.



Commentaires  forum ferme

Logo de said zergout
jeudi 13 avril 2006 à 17h12 - par  said zergout

Merci à Roger NIFLE pour ce commentaire mesuré et plein de sagesse.

En effet, comme il le précise, il est intolérable de nuire aux croyances religieuses des autres sous prétexte de liberté d’expression et de presse.

Plus grave encore, ces caricatures méchantes et ridicules - qui traduisent une méconnaissance totale du message de paix et de fraternité entre tous les êtres humains diffusé par notre Prophète béni par Dieu-ont donné du grain à moudre aux intègristes qui ont trouvé une occasion en or pour crier au conflit entre les civilisations.

C’est la raison pour laquelle de nombreux chercheurs comme Olivier ROY, ont condamné ces caricatures.

said zergout

Safi, Maroc

Logo de laura garcia vitoria
dimanche 9 avril 2006 à 20h12 - par  laura garcia vitoria

Les trames symboliques de nos sociétés

De Roland Barthes - dans ses Mythologies (1957) notamment - à Umberto Eco - dans quasiment l’ensemble de ses œuvres et singulièrement ses travaux de sémiologie tels que l’Oeuvre ouverte (1962) -, nombreux sont ceux qui pourtant nous auront avertis tout au long de la seconde moitié du siècle passé : nous ne pourrions en rien travailler les uns et les autres aux constructions de sens qui accompagnent nos démarches au quotidien si nous nous mettions à oublier les trames symboliques sur lesquelles se sont construites nos sociétés et si, par un malheur qu’il nous faudrait expier bien longtemps, nous n’accordions l’attention et la place qu’il convient aux signes qui sont ceux de nos convictions et de nos engagements.

Quels ignorants auront donc oublié que la barbe se voulait d’abord signe d’apostolat et de pauvreté, manifeste fort de qui critiquait la modernité et son soi-disant bon sens où se trouvent si bien enracinés le refus de l’altérité, la négation du différent, le bonheur de l’identique et l’exaltation du semblable. Barthes nous aura pourtant alerté sur le danger qu’il y a à confondre le signe et le sens et à ne plus voir les signes apparents au risque de perdre le sens caché au travers de ce qui permet précisément de reconnaître et de distinguer.

Les pseudo-débats actuels autour des signes religieux et où le port de la barbe par exemple a pu être évoqué comme pouvant être potentiellement de mauvais aloi n’ont ainsi pu qu’exhiber au premier plan l’invraisemblable inculture qui justifie des propos que seule peut excuser la totale ignorance de tous les travaux menés au cours des deux derniers siècles au moins sur ces questions. On aura donc même oublié l’héritage de Constantin - ce n’est pas et de loin le seul domaine où se manifeste un tel oubli - et par exemple la force du symbole de Nicée sur lequel l’Europe s’est construite. Et si nous écoutions nos amis polonais ou espagnols ?.

A lire, à lire, à lire... :

en français : "Derrière la loi foulardière, la peur", Alain Badiou, philosophe, écrivain et professeur à l’Ecole Normale Supérieure, Le Monde 22/23 février 2004, pag 13

en espagnol : "La teta y el velo", Zoe Valdes, El Mundo 1 de marzo de 2004, pag 4 et 5

Logo de laura garcia vitoria
dimanche 9 avril 2006 à 20h08 - par  laura garcia vitoria

Il y a-t-il un guetteur dans la tour de guet ?

Notre vie est un longue chemin avec des temps de clarté et d’obscurité. Nous marchons dans un environnement qui nous rend mal à l’aise.

Les guerres que nous ne voulons pas nous révoltent : tant de victimes inutiles, tant d’enfants sacrifiés, tant de douleur et de misère..., tant de chômage, de mensonges et d’injustice..., tant d’hypocrisie...

Et pourtant dans le monde dit civilisé, de droits de l’homme restent toujours lettre morte, parole au vent, rassurant nos consciences...

Hier nous nous manifestions contre la guerre, aujourd’hui nous nous félicitons de la tombé du régime et nous nous empressons à faire, avec la misère des autres, de belles affaires, nous disputant pour savoir qui aura les meilleurs contrats et les meilleurs gains.

L’histoire se répète et se réécrit...

Mais... dans se temps de pâques, je vois les disciples de Jésus, il y a 2000 ans, anéantis par la mort. Il a fallu la résurrection pour que leur espérance se ranime. Aujourd’hui c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que des peuples entiers sont capables de dire "non à la guerre" !

Détruire la violence avec la violence est une grave erreur que nous payons cher siècle après siècle. Seul le respect des peuples, seul l’amour peut sauver le [monde.

jeudi 23 février 2006 à 13h18

bravo ! une belle pertinence dont la lecture fait du bien et apaise

quan nous avons confirmation que la santé est un gain de chaque jour.............

.... que nous ne sommes pas si fous que cela !!!!!!

merci

JM du Morbihan