Méthode de l’identité culturelle prospective (MICP)

Pour un développement durable approprié
mardi 30 août 2005
par  Roger Nifle
popularité : 2%

La question de l’identité des territoires évoque tant leur attractivité que leur dynamisme, toutes choses qui supposent une culture propre (personnalité) et une conscience collective tournées vers le futur. Pas de développement sans cela, qu’il soit dit économique, touristique, éducatif, urbanistique, etc. Cette évidence ne se révèle que si l’on considère les communautés humaines concernées, ce que "la gestion des choses" et ses méthodes oublient systématiquement.

La MICP s’appuie sur l’anthropologie et l’ingénierie de l’Humanisme Méthodologique pour ses apports conceptuels et opérationnels.

Le Développement Durable Approprié

Méthodologie générale basée sur le concept

d’Identité Culturelle Prospective

et ses utilisations opérationnelles

(MICP)

Développement économique, touristique, éducatif, environnemental...

Conscience collective, dynamisme, mobilisation, mutation

Potentiels, vocation, rayonnement, attractivité, valeurs

Gouvernance, participation démocratique, empowerment,

Rôles, talents, ressources, offres, positionnement

Pays et nations en développement

Populations constituant une communauté culturelle

Régions, collectivités territoriales, pays

Communes et groupements intercommunaux

Grandes régions transfrontalières, multiculturelles,

Villes et agglomérations

Grandes entreprises, institutions, groupements

Institut Cohérences

La Méthodologie du développement durable approprié

et le concept d’identité culturelle prospective

sont issus de la théorie et de l’ingénierie du Sens et des cohérences humaines

Les projets territoriaux sont le plus souvent des catalogues d’actions configurés en fonction des procédures de financement. La logique de projet est un leurre lorsqu’un Sens n’est pas donné à l’avenir et que les responsables territoriaux ne sont pas préparés et accompagnés à ce changement de logique du développement.

Les actions de lutte contre le sous développement ou bien simplement de redressement économique échouent le plus souvent pour une question de logique et de méthode. C’est l’ambition d’un futur désirable et culturellement significatif et donc approprié qui seul peut porter un développement véritable.

La méthode basée sur la constitution d’une identité culturelle prospective est un renversement par rapport aux logiques d’échec trop répandues. Elle fait appel à des opérations de bon sens mais réclame aussi de rebatir une conception cohérente du développement des hommes et des communautés humaines dans le Sens du bien commun.

Le développement durable insiste sur une approche globale, intégrée, du développement. Il n’oublie ni l’économie, ni le cadre environnemental, ni les enjeux humains placés au centre des préoccupations (RIO Article1). Il souligne aussi que le développement doit être pensé à long terme, le plaçant ainsi dans une vision historique et pour le moins prospective. C’est indispensable pour envisager les opportunités sans précédents de la mutation du monde actuel.

Tout cela entraîne à refonder la pensée et les méthodes du développement. Le développement durable doit être approprié à chaque situation et pour cela se fonder sur la culture propre et ses potentiels (cf. Rapport 2004 de l’ONU sur le développement Humain). Il doit être approprié par les populations et acteurs locaux, ce qui soulève aussi les questions de participation, de gouvernance démocratique et d’empowerment.

La méthodologie générale, présentée ici, repose sur des principes forts qui mettent en question bien des idées reçues et des échecs courants. Pas de développement sans considération préalable d’une communauté de devenir singulière. (le développement de qui ? pas d’un territoire anonyme). Pas de projet sans sujet, sujet communautaire, et une volonté collective exprimée. Pas de sujet communautaire sans identité culturelle. Cependant l’identité pour le développement n’est pas un état ou un donné mais une projection dans le futur, une identité culturelle prospective. La communauté doit se déterminer sur la question : “qui voulons nous devenir” dans les contextes du futur. C’est la question qui conditionne tout développement.

Ainsi la lutte contre le sous-développement n’est pas un développement, (voir les résultats en France comme ailleurs). Le développement c’est préparer le futur, pas réparer le passé reçu en héritage ou seulement gérer le présent.

Plus de 25 ans de travaux et d’expérience de terrain sont rassemblés dans cette approche du développement construit autour de trois volets :

Volet A - définir une identité culturelle prospective bien appropriée

Volet B - déterminer les facteurs de réussite spécifiques à la communauté culturelle

Volet C - concevoir les processus de gouvernance démocratique appropriés.

Ces trois volets s’appliquent de façon cohérente tant au niveau global qu’au niveau local pour chaque communauté.

Volet A - Prise de conscience collective

Déterminer une identité culturelle prospective bien appropriée

1 - Analyse des cohérences culturelles pour en élucider les racines profondes (Méthode spécifique de l’Humanisme Méthodologique)

11 - Ecoute de témoins significatifs choisis et de témoignages de la culture de la communauté de développement

12 - Elucidations des Sens et de la problématique culturelle spécifique

13 - Mise en évidence du Sens du bien commun et des valeurs associées

14 - Premières validations “explicatives”.

2 - Construction d’un référentiel identitaire à partager

21 - Dimension rétrospective : d’où venons nous ?

Les moments significatifs et fondateurs.

22 - Dimension introspective : qui sommes nous ?

Les traits de caractère favorables.

23 - Dimension prospective : qui voulons nous devenir ?

Un rôle et un positionnement prometteurs.

3 - Appropriation collective de l’identité culturelle prospective.

31 - Recherche de modes d’expression culturellement appropriés.

32 - Manifestations d’appropriation ciblées.

33 - Animations et communications publiques.

Volet B - Les points d’appui

Déterminer les facteurs de réussite spécifiques

Culture d’une intelligence collective

1 - Reconnaissance d’une vocation originale

11 - Les potentiels culturels originaux et leur valeur prospective dans la mutation

12 - Capacités, talents, qualités, repères de réussite

13 - Rôle et ambition à cultiver et faire valoir

2 - Repérage, qualification et évaluation prospective des ressources significatives

21 - Les ressources humaines et leur degré d’ouverture

22 - Les ressources matérielles et géographiques significatives

23 - Les ressources d’expérience et situations conjoncturelles favorables.

3 - Les projets de développement durable appropriés, à concevoir en fonction des facteurs précédents

31 - Développement économique communautaire

32 - Tourisme des valeurs

33 - Développement éducatif et NTIC

34 - Développement environnemental

35 - Empowerment

36 - Modes de vies et urbanités...

Volet C - Les processus de développement

Concevoir les processus de gouvernance démocratique appropriés.

Culture d’une compétence collective

1 - Processus d’implication collective

11 - Animations des initiatives, mobilisations, soutiens

12 - Promotion des rôles d’animateurs et relais

13 - Rôles et présence des responsables représentatifs

2 - Processus de participation

21 - Créativité et imagination prospective

22 - Expressions et projets des acteurs

23 - Communications interactives

3 - Processus de concertation

31 - Méthode de concertation appropriée

32 - Apprentissages collectifs

33 - Dispositifs de gouvernance opérationnelle

Il doit être tenu compte du degré de maturation culturelle des acteurs et populations pour choisir les modalités et les enjeux accessibles et fixer des objectifs de progrès maîtrisables.


Commentaires  forum ferme