La résilience d’un territoire

Suites d’une étude de cohérence culturelle
vendredi 1er octobre 2004
par  Roger Nifle
popularité : 2%

Ce texte est rendu anonyme mais il correspond à un territoire du Nord de la France.

L’intérêt est double : découvrir sur quelles profondeurs humaines débouchent les études de cohérences culturelles et d’autre part apercevoir sur quels processus peut être ancré le développemnt qui peut demander un travail de réparation préalable avec des processus appropriés.

Les suites de cette étude ont conduit a des actions qui mettent en oeuvre les analyses et les préconisations. Ca marche ! du moins avec les populations concernées...

L’analyse de cohérence culturelle montre que le véritable moteur de dynamisme et de développement, c’est la faculté de résilience et que le fruit en est une sociabilité communautaire particulièrement riche.

Entrant dans une complexité anthropologique peu familière il nous faut insister sur différents points :

1) La problématique de la résilience (individuelle et collective) s’appuie sur la maîtrise d’une crise émotionnelle et sa métabolisation en comportements pertinents.

Les crises émotionnelles dans l’histoire humaine sont soit celles que peut vivre tout un chacun, particulièrement aux premiers âges de la vie, soit celles qui sont imposées par des événements dramatiques comme en a subi périodiquement XXX, soit celles "mises en scène" par le théâtre, le cinéma, les arts et certaines situations festives. Le succès par exemple d’un Jurassic Park ou de films chargés d’émotion tient à ce que leur impact imaginaire et émotionnel est très fort alors qu’ils sont vécus dans une situation confortable. Le cinema est particulièrement riche en la matière.

Il est donc possible de réactiver des mécanismes de résilience, des réflexes de redressement sans attendre quelque calamité mais en réactivant des scènes porteuses de charges émotionnelles fortes. L’histoire de XXX est particulièrement pourvue en scènes de ce type, événements historiques, légendes, mythologie et religiosités fantasmatiques...

On notera par exemple au programme 2002 des manifestations de XXX :

" Rencontre des morts vivants, la forêt enchantée, la nuit des sorcières...".

2) La sociabilité communautaire exceptionnelle est à la fois une condition pour que les mécanismes de résilience puisse être ici efficaces. Là où elle a été détruite, déstructurée, il faut en rétablir au préalable les conditions.

D’une manière générale la sociabilité et l’économie communautaire sont à encourager pour redonner à XXX toutes ses capacités de réagir.

Dès lors c’est l’exceptionnelle qualité de cette vie communautaire qui en sera le premier fruit. C’est un passage indispensable pour que les communautés territoriales puissent reprendre les rennes de leur destin à des niveaux d’ambition plus importants notamment, vis-à-vis des régions voisines dans l’espace européen.

Sur le fond on peut indiquer en outre que la capacité de résilience, de redressement, de résolution de problématiques lourdes est une capacité qui peut aussi se décliner en talents et même en vocation culturelle singulière du territoire.